Les bases du travail en liberté

Vous souhaitez démarrer le travail en liberté, mais vous ne savez pas par où commencer ? Dans cet article, nous vous donnons quelques idées d’exercices, ainsi que des notions essentielles à appliquer pour démarrer gentiment vos premiers pas en liberté. Il va sans dire que le travail en liberté correspond à un idéal relationnel plutôt universel chez les cavaliers… Mais en plus, il évite d’utiliser une longe, et les longes quand il pleut, on va pas se mentir : c’est usant.

Nos conseils sur le sujet :

  1. La liberté commence par la longe
  2. Motiver son cheval à venir près de soi
  3. Peu en quantité, beaucoup en qualité
  4. Le stick to me
  5. Le cercle en rond de longe
  6. Déplacer les différentes zones

1. Le travail en liberté commence par la longe

Avant de vous aventurer à retirer votre longe, il va falloir d’abord vous assurer que votre cheval comprend parfaitement les exercices avec ! En effet, la longe représente un lien de sécurité, qui permet également de clarifier la direction que vous souhaitez qu’il prenne, via l’action en pression tactile (jeu du porc-épic) effectuée sur le licol.

Ainsi, lorsque le processus de démarrage de la liberté est réussi, retirer la longe doit être une étape assez peu significative pour le cheval. Pourquoi ? Parce que naturellement, grâce à votre travail, votre cheval :

  • a envie d’être avec vous
  • a une bonne connexion, est motivé et intéressé par ce que vous proposez
  • a une bonne expression, a de l’énergie et répond avec légèreté
  • reste calme et posé, ne pose pas de souci émotionnel extrême
  • autrement dit, il est : calme, connecté, réactif.

Les exercices en longe doivent couler de source. Le cheval doit répondre 9 fois sur 10 avec légèreté au licol et au stick sur des exercices simples. Pas besoin d’être un champion du monde travail au sol ! Privilégiez des mouvements simples, faciles, mais faits avec beaucoup de précaution et de rigueur.

Ainsi, une base universelle pour démarrer la liberté : avoir une bonne qualité de travail en longe d’abord ! Vous pouvez d’ailleurs retrouver quelques conseils de la part d’Aurélie de Mévius dans notre programme La Liberté de A à Z.

2. Motiver son cheval à venir près de soi dans le travail en liberté

Ensuite, il va falloir bien comprendre que la liberté, à notre sens, a pour objectif de vérifier que vous êtes capables de vous rendre confortable, intéressant, et clair pour votre cheval. Ainsi, deux choses vont être particulièrement importantes pendant votre travail :

  • formuler des choses lisibles, claires, et compréhensibles par votre cheval
  • motiver son cheval à venir près du cavalier

Allons un peu plus loin…

a. formuler des demandes lisibles : cela signifie que vous devez d’abord travailler sur vous d’abord et avant tout. Eh oui ! Vous aurez beau faire tous les efforts du monde pour faire venir votre cheval et maintenir la connexion, si votre gestuelle est brouillon, votre langage corporel désorganisé, et vos demandes floues, cela ne fonctionnera sûrement pas. Une règle universelle en matière de travail en liberté, c’est d’abord et avant tout d’être lisible pour le cheval. Ne restez pas coincés en phases 2-3, à agiter votre stick ou votre corps dans tous les sens. Prenez le temps de dé-com-po-ser. Plus vous êtes lisible, plus c’est agréable pour le cheval, puisque c’est clair pour lui. Pensez à la notion d’exclusivité du signal : une demande = une réponse, pour aider le cheval à suivre un apprentissage clair.

b. motiver son cheval à venir : utilisez généreusement des récompenses alimentaires ou autre. Rendez les exercices intéressants et motivants pour votre cheval. Ne vous obstinez pas à vouloir faire un exercice qui vous fait rêver, si votre cheval ne semble pas l’apprécier pour le moment. Décomposez en petites étapes, contentez-vous de peu et répétez beaucoup. En cas de déconnexion, faites gentiment bouger votre cheval jusqu’à son retour vers vous.

3. Peu en quantité, beaucoup en qualité

Un des mots-clés en équitation, qu’il s’agisse du travail au sol ou en selle, c’est la qualité.

Nous l’avons vu juste au-dessus : contentez-vous de peu, répétez beaucoup. Lorsqu’on lit “contentez-vous de peu”, c’est peu en quantité. Cependant, si par exemple, vous demandez à votre cheval de désengager les hanches, il faut un vrai beau geste du postérieur, même si ce n’est qu’une foulée.

Vous devez sentir que votre cheval est pleinement impliqué et met une véritable intention dans son geste. Lorsqu’il y parvient, soyez généreux pour marquer sa réussite : friandises, grattouilles, tout ce qui lui fera plaisir et permettra de renforcer cette qualité de réponse.

4. Exercice 1 : Le Stick To Me

Ce premier exercice est une des bases indispensables à tout travail en liberté. Vous pouvez retrouver la leçon d’Aurélie de Mévius, l’une de nos instructrices, ici.

Ludovic Fournet se charge également de vous en introduire les bases dans cette vidéo.

5. Exercice 2 : Le cercle dans un rond de longe

Pour progressivement démarrer un travail en liberté avec un peu plus de distance, nous vous recommandons d’utiliser un rond de longe. Un espace plus petit vous permettra de mieux communiquer avec le cheval.

  • commencez par mettre votre cheval au pas sur le cercle.
  • demandez lui des transitions vers le trot, puis vers le pas en amenant le stick loin devant lui pour freiner (au moins 1/4 voire 1/2 cercle avant lui).
  • attention : vous devez le freiner sans le bloquer. Dosez donc votre énergie en fonction de ses réponses.
  • intégrez ensuite des demandes trot-galop-trot.
  • Dès que votre cheval vous regarde, ou bien place une oreille dans votre direction, essayez de l’aspirer vers vous en reculant directement très franchement. En lui cédant l’espace, vous l’encouragez à venir vers vous.
  • si votre cheval ne vient pas, pas d’inquiétude : redemandez des transitions pour le connecter à vous.
  • si votre cheval vient, récompensez-le très généreusement pour le motiver à venir de nouveau la prochaine fois.

Ce petit travail est à faire uniquement si votre travail en longe est bon. Si votre cheval s’énerve beaucoup, remettez la longe. Cependant, quelques bonds de joie et un peu d’expression sont autorisés !

6. Exercice 3 : Déplacer les différentes zones

Êtes-vous capable, en liberté, de déplacer séparément chaque zone de votre cheval ? A l’arrêt, en longe, entraînez-vous :

  • à faire céder la hanche droite
  • à faire céder la hanche gauche
  • à déplacer l’épaule droite
  • à déplacer l’épaule gauche

Vous devez avoir l’image d’un pivot soit sur les épaules, soit sur les hanches. Seul l’arrière ou l’avant-main bouge. Attention à ce que votre cheval accepte bien de vous laisser l’accès : typiquement, dans les désengagements des postérieurs, certains chevaux ont tendance à amener l’épaule vers l’intérieur plutôt qu’à céder la hanche vers l’extérieur. Dans ce genre de cas, demandez-lui aussi de céder l’épaule, jusqu’au moment où il accepte de vous laisser l’accès.

Pour aller plus loin, entraînez-vous à enchaîner :

  • pivot à gauche, droite sur les épaules
  • pivot à gauche, droite sur les hanches
  • déplacement latéral à droite, puis à gauche

Amusez-vous bien !

Nos programmes :

Laisser un commentaire